Géniallysez la présentation de vos projets universitaires, mémoires, soutenances de thèse…

8 minutes
Rédigé par: Natalia De la Peña Frade

Vous êtes tendu et il y a de quoi !

Quand vous préparez un projet, vous n’avez qu’une chose en tête : la présentation orale devant le reste de la classe et les professeurs. Le moment venu, votre cœur bat la chamade ! 

Vous êtes en dernière année de master, de doctorat ou de tout autre cycle supérieur et vous devez présenter  votre thèse, votre PHD, votre mémoire, votre TFE,  ou n’importe quel autre exercice couronné d’un diplôme universitaire ?  Alors là… n’en parlons pas. 

Élaborer ce genre de projet est un véritable défi, vous allez devoir faire preuve d’une grande autonomie et montrer que vous faites bon usage des connaissances et des compétences acquises tout au long de votre carrière universitaire.

Comme si cela ne suffisait pas, avec votre présentation vous devez également démontrer votre maîtrise des outils numériques et autres sources de recherche de données. Ça commence à faire beaucoup, n’est-ce pas ?

Genially à la rescousse ! Ce billet, nous l’avons créé pour vous. Vous qui devez faire face au jury et défendre votre projet, sans avoir reçu une formation préalable sur la meilleure façon de communiquer et de présenter vos idées.

Nous avons des infos de première main, des conseils de génie (de la part d’universitaires géniaux). Bref, on vous parle des facteurs décisifs pour gérer votre présentation et obtenir la meilleure note.  

Étapes à suivre pour une présentation des plus réussies

Ce processus se scinde en 5 étapes: chacune d’entre elles est un pas de plus sur le chemin du succès. Restez attentif. 

1. Inspirez-vous

  • Parlez aux étudiants des cours précédents qui ont défendu un TFE dans la même matière que vous.
  • Faites une  liste des problématiques que vous pourriez aborder, celles qui ne sont pas trop vues et pour lesquelles vous pouvez accéder à des quantités importantes de données : Ne traitez ni un sujet complètement inédit sur lequel rien n’a été écrit, ni un sujet stérile sur lequel tout a déjà été dit. Restez mesuré.
  • Faites une recherche en ligne, jetez un oeil à d’autres projets de fin d’études associés à la matière qui vous intéresse

Vous avez opté pour un sujet et vous savez grosso modo  où puiser du contenu pour votre projet ? Créer une carte conceptuelle est une option non négligeable. 

Une carte conceptuelle, c’ est un outil numérique extrêmement utile pour trier les informations et comprendre comment diviser les chapitres. À vous de jouer ! Classez et dispatchez votre contenu sur un modèle comme celui-ci :

2. Organisez bien votre temps

Vous savez maintenant quels fruits vous souhaitez récolter grâce à votre travail. Et si vous définissiez vos délais maintenant ? C’est la même idée que de faire un  planning de révisions pour les exams. Créer une ligne du temps (une frise chronologique) vous assure une organisation efficace, définissez avec votre directeur de thèse les phases de révision et les délais impartis pour rendre vos devoirs.  

Vous avez du pain sur la planche. Délimitez vos objectifs pour aborder les problématiques une à une. Répartis dans un calendrier interactif, vos objectifs sont clairs et précis, vous optimisez vos chances de conserver le fil de votre travail et de respecter les délais.  Vous pouvez même le partager avec vos professeurs encadrants ou, si c’est un travail de groupe, le reste des élèves.

Voici un conseil de pro pour la création de contenu : Le contenu, c’est comme la pâte à pain, pour qu’il prenne une jolie forme, laissez lui le temps de reposer. Ne laissez rien au hasard et prenez le temps de créer et de réviser votre travail pour montrer tout ce dont vous êtes capable. 

3. Documentez-vous

Travaillez avec des bases de données scientifiques, des sources fiables et vérifiables. Les universités en ont un large catalogue, avec des livres ou encore des magazines pour leurs étudiants. Vous avez tout un univers de ressources physiques et électroniques à votre disposition ! Vous y trouverez des articles universitaires en abondance en rapport direct ou indirect avec le sujet de votre mémoire.

Regroupez un bon volume d’articles sur votre sujet et soulignez les parties les plus importantes de chacun d’eux.

Si vous prévoyez d’inclure des données chiffrées, une citation de phrase ou de paragraphe d’une autre personne, respectez la bonne façon de citer les sources. Généralement, la méthode de citation suivie est celle des normes APA. En cas de doute sur les règles de citation des auteurs et des données, le personnel enseignant est habitué à travailler avec eux et peut vous donner les meilleures instructions.

Savez-vous ce qui serait génial ? Une carte mentale horizontale ou verticale comme tableau récapitulatif des références bibliographiques. C’est plus facile qu’il n’y paraît. Il vous suffit de choisir le modèle qui vous convient le mieux et d’inclure les informations en chaque point.

4. Préparez votre contenu

Voilàààà … encore une question : savez-vous de combien de temps vous allez disposer pour soutenir votre thèse? Ce qui est sûr, c’est que votre présentation doit s’ajuster au temps imparti. Comptez généralement entre 15 et 30 minutes de soutenance.

Une fois que vous connaissez la durée de l’exposé, la prochaine chose à faire est de bien sélectionner le contenu. Même si vous avez beaucoup de temps pour soutenir, il est impossible de voir tout le travail de plusieurs mois. C’est pourquoi il faut choisir et mettre en évidence l’essentiel.

Quelle information ne peut pas manquer dans un travail de fin d’études ou de stage ?

Au cours de votre carrière universitaire, vous devrez affronter différents types de projets et de devoirs. On peut généralement les séparer en deux catégories : 

  1. Les devoirs et les présentations font partie du système d’évaluation des matières que vous devez présenter à chaque semestre.
  2. Votre mémoire, votre thèse ou votre PhD et sa présentation face au jury.

1. Études supérieures : devoirs et présentations en perspective

Tout au long de votre carrière universitaire, vous aurez certainement des tonnes de devoirs, et selon les  matières, des présentations orales. La structure des présentations peut varier selon les matières.

Mais pour vous donner une petite idée de ce qui vous attend, pour créer ce type de présentation, outre l’introduction, le développement et la citation des sources de référence, vous devez inclure : 

  • L’objectif général et les objectifs spécifiques
  • Vos conclusions. Vous pouvez énumérer vos conclusions en bloc ou en aparté. Le but n’est pas de résumer votre travail mais de détailler les apports de celui-ci.
  • Pour finir, les remerciements. Dédier les derniers mots aux membres du public pour les remercier de leur attention et répondre aux questions qu’ils se posent. 

Ces modèles pour vos devoirs et projets universitaires incluent toutes les diapositives dont vous avez besoin. Leurs designs visuels et leurs structures prédéfinies vont exaucer tous vos souhaits.

Si vous utilisez l’un de ces modèles, une partie du travail est faite ! Vous pouvez en modifier le design autant que vous le souhaitez : ils sont entièrement personnalisables.

2. Mémoire et soutenance de thèse

C’est une autre paire de manches. Souvent, on va vous demander de faire un travail de recherche,  et donc,  de trouver une ou plusieurs problématiques auxquelles répondre dans le développement d’une thèse.

Votre présentation doit donc inclure les étapes qui suivent : 

  • Justifier le choix du sujet. Expliquer et justifier vos choix : pourquoi avez-vous choisi ce sujet ? Quelle importance revêt-il à vos yeux et à ceux de la société ?  Quelle contribution votre mémoire va apporter tant d’un point de vue des savoirs que d’un point de vue social ? etc.
  • L’objectif général et les objectifs spécifiques.
  • Les problématiques. En général, il est conseillé d’intégrer toutes les problématiques à la présentation, mais si vous n’avez pas le temps, contentez-vous des plus importantes.
  • La méthodologie. Ici vous pouvez expliquer d’où proviennent vos données et quel procédé d’analyse vous avez utilisé au cours de vos recherches.
  • Les résultats. Expliquez chaque résultat obtenu, sa signification, mettez-le en contraste avec les résultats obtenus par d’autres auteurs et confirmez ou rejetez les hypothèses soulevées.
  • Les conclusions. Vous pouvez énumérer les conclusions, les intégrer dans un aparté ou en bloc au sein de la présentation. Ajoutez des commentaires au sujet des pistes que vous avez dégagées, quelles questions, quelles recherches, quelles limites … 

Fin et remerciement. Voilà qui est fait, ENFIN…vous pouvez respirez !

Envie d’un modèle en particulier pour votre mémoire ou votre soutenance ? Tadaaam ! Choisissez le modèle qui s’adapte au mieux à votre sujet ou à votre filière, le jury sera béa d’admiration.  Faites clic sur un de ces bouton pour en avoir la preuve en image :  

N’oubliez jamais de respecter les critères établis d’un travail de recherche et de :

  • simplifier vos écrits
  • communiquer un ou deux messages essentiels par diapo.
  • organiser votre contenu
  • utiliser des images de haute qualité et libres de droits
  • profiter de tout le pouvoir de l’interactivité

Enfin ! Le succès vous attend avec votre présentation

Vous avez un contenu propre, net et révisé à la loupe. Le plus dur est passé, enfin presque… à  l’idée de défendre votre projet face à une salle comble, le stress commence à monter, pas vrai ?  

Avec ces conseils, vous allez faire un exposé brillant et cela vous sera plus facile que vous ne le pensez :

  • Lors de la présentation de votre mémoire ou soutenance, votre objectif est clair : susciter l’intérêt du jury et captiver votre auditoire. Ne vous en faites pas, vous avez tout préparé depuis chez vous : l‘interactivité et l’animation sont vos atouts.
  • Si vous êtes capable de respirer la confiance, votre audience sentira que vous maîtrisez le sujet d’étude. Votre voix atteint le fond de la salle, vos yeux créent un contact visuel et vous ne  tournez jamais le dos au public. Maintenez constance et prestance et faites parler vos mains (sans exagérer) au moment d’évoquer les points clés de votre travail.   

Le body language en dit long sur vous, essayez de donner l’image d’une personne confiante et sûre d’elle.

  • N’oubliez pas ces quelques conseils de base pour parler en public : ne pas croiser les bras, ne pas mettre ses mains dans sa poche et préférer la position debout pendant toute la présentation.
  • Mais alors, qu’est-ce que je fais de mes mains ? Pas la peine de se couper les bras ! Pour contrôler vos mains, essayez de toujours tenir un objet pendant la présentation : un stylo ou une télécommande pour passer les diapositives.
  • Ne lâchez pas votre public des yeux.  On est souvent tenté de ne regarder que les gens qui nous mettent à l’aise, faites un effort pour regarder les autres membres de votre auditoire plus souvent.
  • Maintenez des pensées positives, c’est la meilleure bouée de sauvetage pour éviter de vous noyer dans le stress. N’oubliez pas que vous êtes la personne qui en sait le plus sur le sujet. Vous et vous seul avez travaillé pendant des mois sur votre mémoire/thèse. Ayez confiance en vous ! Vous vous êtes investi dans vos lectures et recherches, vous êtes devenu/e spécialiste sur ce sujet dans lequel vous avez acquis beaucoup de connaissances.

Nous vous souhaitons bonne chance… voici un dernier conseil de génie : : offrez un sourire sincère au public pour conclure votre soutenance, tout le monde sera conquis.

Natalia De la Peña Frade
Natalia De la Peña Frade
Créateur de contenu : j'essaie d'écrire des choses que vous aimez lire

Posts recommandés

2 réponses

  1. Très instructif , merci beaucoup. il est clair qu’après avoir lu ceci je serai très outillée pour affronter ce grand jour

    1. Nous sommes ravis de savoir ça ! Merci de nous lire, bonne journée ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *