L’effet Pygmalion: pourquoi les expériences positives sont essentielles à l’évolution de vos élèves?

7 minutes
Rédigé par: Rosa Castillo

Vous souvenez-vous si, au cours de vos études, un Pygmalion a marqué votre vie ? Vous avez certainement à l’esprit ce prof qui a toujours cru en vous et vous a encouragé à atteindre des sommets. Vous enseignez ? Le concept de prophétie autoréalisatrice ou effet Pygmalion vous parle certainement. Sinon, écoutez attentivement, ça pourrait vous intéresser.

Quand on enseigne, rien n’est plus gratifiant que de voir toutes les personnes qui composent la classe trouver leur voie et les aider à développer tout leur potentiel. Pour favoriser l’accomplissement d’une prophétie autoréalisatrice, il y a une formule magique. Soyez attentif : il suffit de mélanger un peu d’ espoir et une pincée de volonté. C’est très, très, très facile. L’essentiel pour encourager la croissance et le développement de quelqu’un, c’est de charger nos attentes de positivité et d’assurer sa motivation à long terme. 

Restez avec nous et découvrez comment devenir le Pygmalion dont vos étudiants se souviendront ad vitam æternam.

Les origines du mythe de Pygmalion

Pygmalyon ? Quésaco ? L’origine de ce nom provient de la mythologie gréco-romaine. Diffusé par le poète romain Ovide dans son œuvre littéraire Métamorphose, le mythe fait référence au roi sculpteur Pygmalion tombé amoureux d’une de ses créations : la sculpture Galatée.

Pygmalyon ? Quésaco ? L’origine de ce nom provient de la mythologie gréco-romaine. Diffusé par le poète romain Ovide dans son œuvre littéraire Métamorphose, le mythe fait référence au roi sculpteur Pygmalion tombé amoureux d’une de ses créations : la sculpture Galatée

Pendant de longues années, Pygmalion eut à coeur de se marier, il cherchait la compagne idéale. Mais il ne connaissait aucune femme qui soit aussi parfaite que Galatée. Le temps passa et il finit par renoncer à trouver une femme de chair et d’os avec qui partager sa vie. Frustré par cette situation et à bout d’espoir, il pria la déesse Aphrodite pour que son œuvre bien aimée prenne vie.

Et vous savez ce qu’on dit : tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir.  Aphrodite émue intervint pour que Pygmalion voit son vœu le plus cher se réaliser : la sculpture prit forme humaine. Galatée, devenue femme, devint la compagne de Pygmalion. Ses attentes avaient été comblées.

L’effet Pygmalion dans le milieu scolaire, c’est quoi ?

En psychologie et en pédagogie, l’effet Pygmalion c’est l’influence potentiellement exercée par les croyances d’une personne sur les capacités d’une autre. Et c’est ce que Leonore Jacobson et Robert Rosenthal tentent de prouver en 1966. Pour ça, ils réalisent une étude sur l’effet Pygmalion en milieu scolaire basée sur le récit mythologique. 

L’étude consiste à réaliser une série d’épreuves mesurant l’intelligence d’un groupe d’élèves. Ces épreuves effectuées, les enseignant·e·s reçoivent une liste avec le nom des élèves supposés capables d’un plus haut niveau de rendement, sélectionné·e·s de manière aléatoire. On nomme ce groupe academic bloomers

Vous vous en doutez : tous les élèves avaient exactement les mêmes capacités, qu’ils fassent partie de la liste de ceux qui avaient soit disant un «haut niveau de rendement» ou pas. Et oui, le corps enseignant faisait lui aussi partie de l’expérience (sans le savoir), car le regard positif porté sur une partie des élèves influencerait fortement leurs résultats.

Quelles conclusions a-t-on tiré de cette expérience ?

  1. L’efficacité de l’effet Pygmalion dépend de l’estime de soi du professeur·e : être prof et faire preuve de confiance en soi aide les élèves à croire en eux.  Soyez le meilleur Pygmalion pour vous et vous le serez aussi pour vos élèves !
  2. Le regard positif et réaliste des enseignant·e·s influence favorablement le rendement des élèves. Alors maintenant que vous savez ça, il est temps d’être un vrai Pygmalion, soyez positif !
  3. Porter un regard positif et réaliste permet aux professeur·e·s d’instaurer une meilleure ambiance de travail dans la classe, d’encourager le travail en équipe et la participation en cours. Vous avez le pouvoir de créer une ambiance favorable au développement et à la croissance de la classe.

Aidez-vous de ce modèle pour leur parler de l’importance de développer une forte estime de soi.

Développez le bien être émotionnel de vos élèves avec ce modèle. Avec celui-ci, vous apprendrez à identifier et à gérer les émotions. Mieux se connaître améliore la confiance en soi.

L’effet Pygmalion en classe : des exemples pour l’appliquer

Maintenant que vous savez en quoi consiste l’expérience de Jacobson et Rosenthal et quelles en furent les principales conclusions, il est temps d’apprendre à l’intégrer à votre méthode d’enseignement. Oui, je sais ce que vous pensez : personne ne va vous donner la liste des academic bloomers de votre classe. Et ça tombe bien, vous n’en avez pas besoin.

C’est très facile : il suffit d’appliquer le bon leadership situationnel.  Pour pouvoir guider votre groupe et créer des expériences d’apprentissage efficaces, il faut d’abord connaître ses caractéristiques et celles des élèves qui le composent. 

Pour ce faire, vous devez découvrir les intentions et les intérêts des élèves, ce qui les motive et les passionne, et aussi prendre conscience des limites de chacun pour les aider à les dépasser. C’est très important pour les encourager à développer une image positive d’eux-même. 

Comme l’a dit Einstein :

«Si vous jugez un poisson pour sa capacité de grimper à un arbre, il vivra toute sa vie en croyant qu’il est stupide».

Voici quelques exemples de bonnes pratiques qui vous aideront à devenir un grand Pygmalion :

Définissez clairement vos attentes 

Pour ça, vous devez connaître le profil de vos élèves : savoir ce qui leur plaît et ce qui les motive, quels sont leurs points forts et ce qu’ils font le mieux.  Votre objectif est d’encourager leur développement en créant des attentes positives et réalistes, adaptées aux caractéristiques du groupe. 

L’importance d’une attitude positive

Être prof et avoir confiance en soi, c’est le succès assuré. Les enseignant·e·s qui croient en eux sont plus enclins à stimuler la confiance en soi de leurs élèves.  En fin de compte, une bonne attitude encourage les élèves à se dépasser.

Utilisez un langage positif

Le langage positif est le complément idéal à une attitude positive.  Avoir conscience des mots que vous employez pour communiquer chaque jour est essentiel. La manière dont nous parlons, à le pouvoir de transformer les esprits, le nôtre comme celui des autres.  C’est la neuroplasticité du cerveau qui est responsable de ce phénomène.  Et si on utilisait ce concept en classe ? Vous imaginez le  résultat ?!

Éliminez les biais cognitifs héréditaires

Un biais cognitif est un schéma de pensée basé sur nos propres expériences : nous interprétons la réalité en fonction de la manière dont nous sommes traités par les autres et de ce qu’ils pensent (ou plutôt ce que nous croyons qu’ils pensent) de nous.  Vous verrez, ce type d’interprétation est souvent basée sur des facteurs très subjectifs.

Comment corriger ça en classe ? Tout d’abord, débarrassez-vous des préjugés que vous avez sur vos élèves. Cherchez à éliminer tout ce qui peut influencer négativement leur comportement et leurs résultats scolaires. En résumé, évitez de «classer» ceux-ci avant de les avoir évalués en fonction des qualités à priori attribuées à chaque élève. 

Entretenez la flamme de votre vocation

L’enseignement est un travail gratifiant mais c’est aussi beaucoup de responsabilités. Souvenez-vous chaque jour de ce qui vous a donné envie d’enseigner. Conserver un haut niveau de motivation (même si ce n’est pas toujours facile), c’est très important. 

 

5 clés pour inciter vos élèves à avoir confiance en eux.

Vous savez maintenant comment être le/la prof Pygmalion qui va récolter tous les lauriers, il est temps de récapituler. Voici une liste de cinq clés pour développer la confiance en soi de votre classe.

  1. Soyez plus exigeant·e avec vos élèves, croyez en leurs capacités à être plus performants.
  2. Faites en sorte que vos élèves sachent que vous croyez en eux/elles et en leur aptitude à faire les choses correctement.
  3. Soignez le langage employé : utiliser un langage positif favorise l’enseignement et l’apprentissage.
  4. Aidez-les à grandir :  assumer leurs responsabilités,  leurs devoirs et leurs projets les aidera à se dépasser .
  5. Enseignez-leur l’importance de prendre leurs propres décisions.

Peut-on encore parler d’effet Pygmalion dans l’enseignement supérieur ?

Bien sûr ! Mais attention, appliquer la théorie de l’effet Pygmalion à l’enseignement supérieur est parfois synonyme de véritable défi pour les professeur·e·s. 

Il doivent non seulement combiner enseignement et travaux de recherche mais aussi relever le défi de créer des contenus motivants, accroître la participation en classe, sans oublier d’encourager la confiance en soi des apprenant·e·s adultes. C’est là que Genially peut aider, don´t worry.

Par ailleurs, l’une des situations les plus préoccupantes pour les étudiants c’est de ne pas savoir vers quelle carrière professionnelle se diriger une fois leurs études terminées. En plus, n’oublions pas qu’au cours de cette phase de stress et d’incertitudes, ils font face à la préparation et à la présentation de leurs TFE

Tout est toujours plus facile quand on se sait guidé par quelqu’un pour trouver le chemin qui nous correspond.  Voilà pourquoi, nous vous conseillons d’utiliser ce modèle pour aider vos élèves à préparer un C.V. professionnel et interactif et les confronter au monde du travail.

Comment utiliser Genially pour être un bon Pygmalion ?

Lisez en détail, ces lignes vous seront très utiles pour encourager le talent et les capacités de vos élèves :

  1. Concevez des expériences d’apprentissage significatives et motivantes : enrichissez vos cours avec des contenus interactifs pensés pour le monde numérique. Souvenez-vous : nous sommes des êtres visuels !
  2. Stimulez le développement de leurs power skills: ça favorise leur futur employabilité et les aide à se forger une carrière professionnelle réussie.
  3. Encouragez le travail en équipe : ils doivent apprendre des stratégies de communication assertives dans le but d’améliorer l’efficacité et le rendement du groupe.

Si une chose est évidente, c’est que le cerveau enregistre mieux quand il s’émeut.  Voilà pourquoi il ne faut pas hésiter à innover et à créer. N’hésitez-pas à apprendre à connaître vos élèves et à croire en eux. Vous allez faire un super Pygmalion, ça ne fait aucun doute !

Rosa Castillo
Rosa Castillo
Content Creator Trainee

Posts recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *