Les compétences numériques: 10 questions pour comprendre comment les exploiter en cours

7 minutes
Rédigé par: Ruth Martín

Éduscol définit un Cadre de Références des Compétences Numériques et donnent aux professionnels de l’enseignement des indications pour Évaluer et certifier ces dernières, pourtant le terme n’est pas encore présent dans nos dicos. Chez Genially, nous avons décidé de démêler un concept encore flou !

Posséder des compétences numériques, c’est exploiter  le potentiel des outils technologiques à notre disposition, pour communiquer, collaborer, trouver des solutions et créer de nouvelles opportunités.

En tant que professeur, votre mission est d’aider vos élèves à développer ces compétences numériques. Pour cela, vous devez : 

A) développer vos  compétences numériques 

B) appliquer ces compétences numériques dans l’enseignement

On vous explique en quelques mots en quoi consiste ces deux étapes. Pour 99,99% du corps enseignant, connaître le b.a.-ba  pour exploiter les compétences numériques dans l’enseignement  est primordial, et on parie que pour vous aussi !  

Mais ce n’est pas tout, on vous dit aussi comment donner à vos élèves le pouvoir de développer leurs compétences et encourager leur participation  à ce nouveau monde du numérique  qui, même s’ ils en  connaissent sûrement déjà quelques rudiments, est encore un terrain inconnu. 

Juanjo Mena, directeur du département de didactique, organisation et méthode de recherche de l’université espagnole de Salamanque a atterri sur le blog de Genially pour vous donner des conseils et des astuces qui vous aideront à introduire la technologie, efficacement et pédagogiquement, dans vos salles de classe. Pour améliorer vos méthodes d’enseignement et renforcer l’apprentissage de vos élèves, ces quelques lignes sont vos alliées  !

Grâce à votre travail en tant qu’enseignant et chercheur spécialisé en didactique et en innovation éducative, vous connaissez bien  les bénéfices d’acquérir certaines compétences numériques et de leur utilisation au quotidien. D’après vous, en quoi ces compétences sont bénéfiques et quelles répercussions ont-elles sur l’éducation ? 

Par ou commencer (rire). On fait toujours en sorte de former les enseignants pour qu’ils possèdent  certaines qualités, connaissances, aptitudes et l’attitude nécessaire pour favoriser l’apprentissage des élèves. Aujourd’hui, notre société est plongée dans une époque de métamorphose numérique à tous les niveaux. 

C’est pour ça qu’actuellement, ces connaissances pédagogiques impliquent trois aspects fondamentaux. Comme le soutiennent Mishra, Koehler et Henriksen (2011) :

‘Savoir enseigner une matière (un contenu), savoir expliquer ce contenu pour que les élèves le comprennent (la pédagogie) et savoir utiliser  la technologie comme canal préférentiel de communication”. Pour y arriver, surtout s’agissant de ce dernier pilier, maîtriser les compétences numériques est essentiel’. 

Quelles compétences numériques un enseignant doit-il maîtriser à tout prix ?

Le cadre de référence des compétences numériques (CRCN) s’inspire du cadre européen 

DigComp 2.1 (Digital Competence Framework for Citizens, 2017). L’un des modèles internationaux les plus solides en la matière. Le CRCN définit 16 compétences numériques dans 5 domaines d’activités: 

  1. Informations et données
  2. Communication et collaboration
  3. Création de contenus
  4. Protection et sécurité
  5. Environnement numérique 

Peu importe les compétences en question (le contenu), c’est l’approche qui compte. On préférera donc utiliser les compétences numériques en cours dans le but d’obtenir une amélioration effective de l’apprentissage des élèves plutôt que de les considérer comme une série de capacités techniques et de gestion des ressources technologiques. On opte pour une approche pédagogique. 

Quand-est-ce qu’un professeur sait qu’il est apte à transmettre ces connaissances à ses élèves ?

D’après DigCompEdu, faire en sorte que les professeurs atteignent des niveaux de compétences numériques élevés dans tous les domaines reste un défi. Dans un article pour la revue Computers in Human Behaviour ( en collaboration avec Ramírez-Montoya, Mena & Rodríguez, 2017), nous avons développé un modèle prédictif pour voir à quel point 863 professeurs pouvaient produire des ressources éducatives libres (REL) au format numérique pour leurs classes. 

On a réparti les professeurs en trois groupes de niveaux : ceux qui avaient des compétences faibles, moyennes ou avancées en compétences numériques. 

Les résultats ont montré que pour la plupart des enseignants, il est difficile d’atteindre un niveau avancé en compétences numériques, même s’ ils savent créer des ressources numériques. 

Pour moi, c’est évident, le transfert de compétences numériques aux élèves ne peut se faire autrement qu’en enrichissant les compétences des professeurs. Ainsi, ces derniers encouragent leurs élèves à  utiliser les outils technologiques, à suivre les directives que cela implique  et  à atteindre leurs objectifs. 

Quel est le rôle des compétences numériques dans d’autres secteurs de l’enseignement ? Dans l’enseignement supérieur par exemple,  leur développement a-t-il autant d’importance qu’aux niveaux d’enseignement inférieurs ?

Le rôle des compétences numériques  est  crucial. La transformation numérique a un impact global et transversal sur l’enseignement. Autrement dit  :  Leur influence ne se limite pas à certaines étapes de l’apprentissage. Le milieu universitaire par exemple a été l’un des premiers à s’immerger dans un processus de changement et d’adaptation pour intégrer les ressources technologiques et élaborer une méthodologie pour les exploiter en cours. 

D’ailleurs, de nombreuses universités encouragent le développement de projets éducatifs innovants pour cette même raison. Cette évolution favorise l’actualisation de nos méthodes d’enseignement. 

Suite à l’accélération du développement des compétences numériques dans l’enseignement induite par la pandémie, quel est le bilan ? Quelles leçons pouvons-nous en tirer ? 

De manière générale, on peut dire que ça nous a laissé comme héritage, une normalisation de l’usage des ressources numériques didactiques. Nous avons aussi appris que, de nos jours,  le numérique est fondamental pour l’enseignement.

Ça nous a aussi donné une vision plus critique et nous a permis de constater qu’il existe de sérieux risques d’exclusion, pour les élèves qui ne disposent pas des dispositifs technologiques nécessaires, et qu’il faut chercher une solution pour éviter qu’une partie des élèves ne soit marginalisée. 

Quelles sont les améliorations nécessaires ? Avons-nous laissé de côté des méthodes auxquelles nous devrions revenir ? 

Il y a quelque chose qu’il ne faut surtout pas oublier, particulièrement quand il s’agit de la maternelle et des premières années de l’école primaire. Le début de l’apprentissage, c’est la manipulation des objets. 

Par exemple, pour enseigner une addition à un enfant (ex : 3+2=5) avant de résoudre le calcul de manière abstraite, le professeur le représente figurativement (par ex en schématisant au tableau les unités à additionner…).

Mais même avant cela, il est nécessaire de comprendre le concept des sommes à travers la manipulation d’objets (ex: poser trois boutons et en ajouter deux sur la table). Cela se traduit par des ressources analogiques et numériques qui doivent se compléter pour former des expériences ou l’élève interagit avec des éléments matériels et numériques. 

Qu’est-ce que vous recommandez  à un établissement scolaire qui souhaite développer les compétences numériques du corps enseignant ?

 Je leur dirais qu’il faut investir du temps dans les formations. Que ce temps exige un effort supplémentaire de la part des professeurs et que les résultats arrivent progressivement. 

En général, en faisant une lecture simple des résultats des recherches sur le sujet, pour innover on suit trois étapes : Appliquer, mettre en œuvre et transformer. 

Pour la première étape,  on a besoin de professeurs enthousiastes et désireux d’utiliser des outils numériques définis à une partie du contenu de leurs cours. Pour mettre en œuvre ces outils dans le programme  d’étude, ce sont les professeurs qui sont responsables de les introduire au programme pédagogique pour les exploiter avec leurs élèves.  

Pour la transformation, tous les professeurs doivent posséder des compétences numériques avancées et être capable de changer la façon dont fonctionne l’établissement scolaire, en accord avec les besoins de la société et de leurs élèves.

Quant aux élèves, on insiste beaucoup sur le fait que les principales compétences numériques qu’ils doivent développer sont liées à la création de contenu numérique. Comment les établissements scolaires et les professeurs peuvent-ils les pousser à devenir des créateurs de contenu numérique ? 

Ici, il faut tenir compte de deux axes fondamentaux. D’abord, la nécessité d’une formation solide de la part des enseignants – aussi bien pratique que pédagogique – pour utiliser les  outils numériques.

Ensuite, et c’est sûrement l’aspect le plus important, c’est qu’ils possèdent la capacité de transmettre à leurs élèves, leur enthousiasme pour l’utilisation de ces outils et de leur montrer qu’ils sont essentiels au développement personnel et sociétal aujourd’hui.

De tous les cadres de références disponibles aujourd’hui, lesquels consulter pour apprendre à exploiter les compétences numériques ? 

Je crois que  le Cadre de référence des compétences numériques (CRCN) et le Cadre européen pour les compétences numériques (DigCompEdu), cités plus haut, comptent parmi les meilleurs référents en la matière.  

Enfin, quels conseils donneriez-vous aux professeurs qui nous lisent et qui souhaitent commencer à développer leurs compétences numériques et celles de leurs élèves ? 

Mon expérience en tant que professeur dans différents secteurs de l’éducation et mes recherches sur le sujet, m’ont appris trois choses : 

  1. Le numérique, c’est l’avenir. Nous devons nous adapter au nouveau paradigme et chercher “l’excellence numérique” dans notre processus de formation continu au sein de la profession.   
  1. Pour être numériquement  compétent (comme dans tous les domaines) il faut se former et se documenter, seul ou à l’aide de plateformes qui vous facilitent la tâche, comme Genially. Il faut s’assurer au quotidien de encore à la page, parce que c’est un univers qui change et se perfectionne très rapidement. 
  1.  Être numériquement compétent, ça ne veut pas dire savoir utiliser les applications, les outils ou les ressources les plus récentes et les maîtriser techniquement parlant.  C’est un exercice critique de leur valeur didactique et de leur application à l’enseignement. On peut par exemple se demander, en quoi les compétences numériques peuvent améliorer l’apprentissage des  élèves, et comment elles s’associent aux théories de l’enseignement.

Et vous ? Comment développez-vous vos compétences numériques en classe ? Avez-vous des astuces pour vos collègues enseignants ? Dites-nous tout en commentaire !

Ruth Martín
Ruth Martín
Si vous ne vous trompez que très rarement, c’est que vous n’apprenez pas suffisamment

Posts recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.