10 bonnes raisons d’adopter le microlearning en cours

Avatar del autor

Natalia De la Peña Frade

Tiempo de lectura

8 minutes

icon

mars 13, 2024

Accueil

Un enseignant désespéré apparu récemment dans un article du journal disait : ‘Je ne peux pas rivaliser avec Tik Tok’. Et sincèrement, nous sommes tous dans le même bateau. Si vous êtes enseignant, vous avez probablement ressenti ce découragement.  Vous aussi, vous avez dû vous demander comment attirer et surtout captiver l’attention des élèves.  Le microlearning est votre allié. 

À une époque où tout n’est que distraction, le microlearning ou micro-apprentissage est peut-être la lumière au bout du tunnel.  Saviez-vous que cette méthode permet de retenir jusqu’à 80 % des informations ? Voyons un peu ce qu’est le microlearning et quelles sont les clés de son succès. C’est parti !

Le microlearning, c’est quoi ?

Cette méthode consiste à fragmenter le contenu éducatif pour faire de concepts complexes des minis modules et en faciliter la compréhension et l’assimilation. L’efficacité de l’apprentissage s’en trouve renforcée, car chaque élément du contenu se concentre sur un concept ou une compétence. 

Bien que cette méthode soit née de l’apprentissage en ligne, elle s’intègre aussi à la perfection dans des stratégies d’éducation présentielles ou mixtes.  Elle ne remplace pas les autres stratégies éducatives, mais elle est très efficace pour atteindre certains objectifs, comme renforcer des compétences spécifiques par exemple.

Cette stratégie de plus en plus populaire est étroitement liée aux nouvelles technologies, qui facilitent à la fois la création et la consommation de contenus microlearning. Depuis que les tablettes numériques ont fait leur apparition dans les salles de classe, infographies, vidéos et poadcasts sont souvent présentés aux élèves. Voilà pourquoi, microlearning et mobile learning sont étroitement liés, tout comme Bill Clinton et Bob Dole dans cet épisode des Simpsons

Et quand un format est-il assez court pour entrer dans la catégorie du microlearning ? Les théories varient et on parle d’une durée pouvant aller de 3 à 20 minutes.  Ne vous obstinez pas à définir une durée exacte, décidez au cas par cas en fonction du concept abordé. L’option idéale : un contenu aussi long que nécessaire et aussi court que possible.

Peu importe ce qu’on en dit, la durée dépend avant tout du contenu. Fragmentez ce dernier, découpez-le comme vous rêvez de le faire avec le cœur de votre ex et abordez chaque concept un à un. Vous trouverez un peu plus loin dans ce post des informations sur la manière dont les enseignants utilisent le microlearning pour bâtir l’apprentissage sans perdre de vue une perspective globale.    

Parlons littérature 

Dès que j’entends microlearning, je pense à Momo, la jolie dystopie de Michael Ende.  Si vous ne l’avez pas lu, n’attendez plus et ajoutez-le à votre liste d’envie.  Dans cet extrait, Beppo – selon moi le personnage le plus attachant du livre – explique à la petite Momo comment il voit la vie : 

Et Beppo à bien raison, pas à pas, les tâches sont moins lourdes à porter et l’amusement est garanti, c’est une excellente manière d’éduquer.  Parlons maintenant des bienfaits du microlearning.

Pourquoi adopter le microlearning en 10 leçons

  1. Un apprentissage ciblé : vos élèves feront de leur mieux et s’efforceront de centrer toute leur attention sur l’objectif proposé par la session en cours. 
  2. Une meilleure assimilation des informations : le contenu c’est bien, si c’est bref, c’est mieux.  Et, en plus, c’est un contenu qui fait envie. Donnez la priorité au visuel, utilisez la gamification et un storytelling efficace, vous éviterez les distractions et aiderez vos élèves à mieux assimiler les concepts étudiés.   
  3. Simple : pour les enseignants comme pour les étudiants : plus votre contenu est bref, plus préparer et donner des cours ou étudier est facile.
  4. Économique : en réduisant la portée du contenu, on ne réduit pas seulement la durée passée à le préparer mais aussi son coût.  
  5. Encore plus motivant : demandez à vos élèves de consulter le contenu sur leur téléphone portable et quelques minutes suffiront pour qu’ils en viennent à bout.  Et en plus, l’augmentation du taux de passage et l’amélioration des résultats scolaires sont la preuve d’une motivation accrue. 
  6. Accessible : le contenu peut être consulté sur n’importe quel dispositif.  Vous donnez ainsi aux élèves plus de chances de réussir, car ils peuvent profiter de n’importe quel moment de la journée pour étudier.   
  7. Rapide : le microlearning va au grain, ce qui permet à vos élèves de disposer de leur temps efficacement. 
  8. Flexible : un contenu bref qui s’adapte bien aux différents besoins et aux différentes façon d’apprendre ou de consulter du contenu. 
  9. Un apprentissage autonome : bien connaître les objectifs est le premier pas vers un apprentissage autonome.  Le microlearning donne aussi aux étudiants la possibilité d’avancer à leur rythme, en fonction de leur emploi du temps et de réviser ou d’étudier quand ils le souhaitent. 
  10. Un enseignement centré sur les élèves : différente des méthodes d’enseignement classiques, celle-ci s’aligne sur les tendances pédagogiques actuelles. 

profesores sonriendo juntos junto a una pizarra

BLOG

Test : Dites-nous comment vous enseignez, on vous dit quel enseignant Genially vous êtes !

Quel est le rapport entre l’éducation et la construction ?

Certains voient un lien entre l’importance du microlearning dans la pédagogie et le«scaffolding» théorisé par le psychologue Jérôme Bruner dans les années 60.  La traduction littérale de «scaffolding» est «échafaudage», mais ça ne vous dit probablement pas grand-chose. Voici comment assembler les pièces du puzzle…

L’étayage ou scaffolding est un ensemble de stratégies d’aide et de guidage qui consiste à soutenir les étudiants lors de l’apprentissage d’un concept ou d’une compétence, jusqu’à ce qu’ils soient capables de l’utiliser d’eux même.  C’est là le véritable objectif de cette méthode d’enseignement. 

De la même manière qu’un échafaudage soutient les ouvriers d’un bâtiment en construction et se retire à la fin du processus, un contenu au format microlearning étaye l’apprentissage et n’est plus nécessaire une fois les connaissances acquises.  

Tous les enseignants savent la répétition essentielle à l’assimilation des concepts.  Voilà pourquoi disposer de contenus brefs et engageants en lien avec chaque concept abordé est essentiel. 

Lors de la conception d’une unité d’enseignement ou d’un parcours d’apprentissage, utilisez ces éléments de microlearning. Si l’expérience d’apprentissage leur plaît, vos élèves en redemanderont ! À la fin du parcours, le contenu n’aura plus de secrets pour eux et vous pourrez ‘démonter l’échafaudage’.  

 

7 clés pour monter votre stratégie de microlearning

Vous avez décidé de faire usage de stratégies de microlearning ? Bonne idée ! Voici quelques points à appliquer pour une stratégie à succès dans la lignée de celle utilisée par Coca-cola.

  1. Premièrement, fixez des objectifs. Économisez à vos apprenants des difficultés inutiles en faisant le lien entre chaque point d’apprentissage et le contexte global.  Les objectifs à court et à long terme doivent être établis sans attendre. Le microlearning, c’est un design qu’on ‘rembobine’,  il faut d’abord se demander où on souhaite aller, avant de décider quelle route suivre.
  2. Créez l’itinéraire, en tenant compte non seulement des objectifs, mais aussi de la durée intégrale de la formation, de la façon dont vous allez distribuer le contenu, des appareils sur lesquels il sera consommé et de comment vous allez en assurer le suivi.
  3. Lors de la rédaction du contenu, concentrez-vous sur une chose à la fois, définissez un objectif pour chaque élément.  Ne perdez pas de vue l’essentiel, créez un contenu condensé et retirez les détails superflus. Votre priorité est d’éliminer toute charge cognitive inutile.
  4. Concevez une expérience d’apprentissage efficace. Priorisez un contenu visuel, des activités pratiques et des mises en situation, et utilisez des contenus multimédias sous différents formats (infographies, vidéos, audios, gifs…) pour motiver et amuser les élèves. 
  5. Choisissez l’outil que vous utiliserez pour mettre en œuvre votre stratégie. Je vous recommande bien évidemment Genially. Non parce que c’est notre plateforme, mais surtout parce que vous ne trouverez nulle part ailleurs tout ce dont vous avez besoin :
    • Des milliers de modèles: infographies, cartes conceptuelles et cartes heuristiques, chronologies, modules didactiques, quiz, gamifications, scénarios de ramification… Dites adieu aux pdf à mourir d’ennui !
    • Ajoutez du contenu sous tous les formats, 
    • Et en plus notre outil est compatible avec les LMS les plus fréquemment utilisés : Moodle, Canevas… 
    • Vous avez la possibilité de télécharger votre contenu au format SCORM afin de pouvoir effectuer un suivi. 
    • Et en plus: votre contenu sera interactif. Comme vous le savez, plus l’interactivité est présente, plus votre contenu suscitera motivation et engagement.
  1. Célébrez les réussites de tous : le SCP (soutien au comportement positif) va venir renforcer la motivation de vos apprenants et réduire le taux d’abandon. Pas de leçon, de pilule ou de module sans les félicitations correspondantes, et pas de quiz sans son message d’encouragement. Pour stimuler vos élèves, vous pouvez aussi leur demander de partager leurs réussites avec le reste de la classe ou à l’aide d’une barre de progression.  Un retour immédiat sur les efforts investis est source d’engagement. 
  2. Créez un système pour recueillir les commentaires de vos élèves. Vous pouvez, par exemple, utiliser des questions interactives avec Genially. Pour ce qui est du suivi, étudier les résultats obtenus par chacun vous aidera à définir si votre contenu est performant. Pour l’optimiser, c’est surtout l’opinion des élèves dont vous devez tenir compte.  Perfectionnez le contenu des cours petit à petit.  

Modèles pour votre contenu microlearning

Le tableau de bord de Genially dispose de nombreux exemples de microlearning qui vous aideront à trouver l’inspiration.  Créer une image interactive est certainement le meilleur moyen de se lancer dans la création de contenu de ce type.  Que diriez-vous de celles-ci ?

MODÈLE

Infographie L’Art

MODÈLE

Eruption volcanique

Vos élèves vivent le nez plongé dans le téléphone ? Vous maîtrisez la situation. Voici quelques modèles verticaux, dont le visuel gagne à être utilisé avec un smartphone. 

MODÈLE

Bouchée d’apprentissage mobile

MODÈLE

Quiz cool les maths

MODÈLE

Info Pollution

Saviez-vous déjà ce qu’est le microlearning ou l’avez-vous appris entre ces lignes ? Dites-nous tout !

Picture of Natalia De la Peña Frade
Natalia De la Peña Frade
Créateur de contenu : j'essaie d'écrire des choses que vous aimez lire

Suggérés pour vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *